Finance-Comptabilité

Responsable : Ollivier TARAMASCO (Professeur des Universités, ENSIMAG, Grenoble INP).

 

Membres confirmés de l’axe finance

Prénom

Nom

Statut et affiliation

Centres d’intérêts

Elena

BARBU

MCF, IAE de Grenoble - UGA

Normalisation comptable, sociologie de la comptabilité, théories institutionnelles.

Ingrid

BELLETTRE

MCF, IAE de Grenoble - UGA

Finance d'entreprise, financement des TPE et des PME.

Frédéric BERTRAND MCF, IAE de Grenoble - UGA Communication financière, contrôle de gestion, mesure et pilotage de performance.

Radu

BURLACU

PR, IAE de Grenoble - UGA

Structure du capital, décisions de financement,

évaluation des actifs financiers, gestion de portefeuille.

Marie-Hélène

BIHR

MCF, IAE de Grenoble - UGA

RSE, ISR, notation extra-financière, reporting extra-financier.

Sophie

CARRIERE

MCF, IUT de Grenoble - UGA

 

Charlotte

DISLE

MCF, IAE de Grenoble - UGA

Comptabilité financière, valeur informative des chiffres comptables.

Pascal

DUMONTIER

PR, IAE de Grenoble - UGA

Comptabilité financière, analystes financiers, normes IFRS.

Denis

DUPRE

MCF HDR, IAE de Grenoble - UGA

Finance éthique, RSE, finance et risques bancaires.

Geoffroy

ENJOLRAS

PR, IAE de Grenoble - UGA

Finance, assurance, gestion des risques, secteur agricole et agro-alimentaire, catastrophes naturelles.

Isabelle

GIRERD-POTIN

PR, IAE de Grenoble - UGA

Gestion de portefeuille, finance éthique, investissement socialement responsable (ISR).

Nathalie

GONTHIER-BESACIER

MCF, IAE de Grenoble - UGA

Qualité de l’audit, profession comptable (histoire).

Rémi

JANIN

MCF, IUT de Grenoble - UGA

Comptabilité financière, valeur informative des chiffres comptables, normes IFRS.

Sonia

JIMENEZ-GARCES

PR, Grenoble INP

Evaluation des actifs, gestion de portefeuille, finance éthique, investissement socialement responsable (ISR) .

Pascal

LOUVET

PR, IAE de Grenoble - UGA

Gouvernance, produits dérivés et de taux, finance éthique.

Mohammed Khenissi MCF, IUT 2 de Grenoble - UGA Finance-Comptabilité

Philippe

MADIES

PR, IAE de Grenoble - UGA

Finance bancaire, gestion des risques, finance expérimentale.

Geneviève

NOUYRIGAT

MCF,  IUT Valence - UGA

Marchés financiers émergeants, RSE.

Stéphane PERIER MCF, IAE de Grenoble - UGA Information comptable et financière, politique comptable, gestion des résultats comptables.

Charles

PIOT

PR, IAE de Grenoble - UGA

Audit, information financière, gouvernance, normes IFRS.

Philippe PROTIN MCF, IAE de Grenoble - UGA Finance internationale, information financière.

Bertrand

QUERE

MCF, IAE de Grenoble - UGA

Comptabilité financière, normes IFRS, approches critiques en gouvernance.

Gilles

SANFILIPPO

MCF, IAE de Grenoble - UGA

Finance temporelle, comptabilité financière, normes IFRS.

Olivier

TARAMASCO

PR, Grenoble INP

Finance quantitative, produits dérivés.

PR = Professeur des universités; MCF = Maitre de Conférences. Mise à jour 30/01/2016.

ATER, Docteurs.

Prénom Nom Statut et Affiliation Centres d'interêts

   

 

 

 

 

Doctorants rattachés à l’axe finance          

Prénom

Nom

Thème de recherche

Directeur de thèse

Barbara ABOU-TANOS Le rôle de l'information privée sur des facteurs globaux pour le choix de portefeuille et la performance des fonds mutuels investis en actions JIMENEZ-GARCES SONIA

Mundher Jabbar Dagher

AL-HAMOOD

Effet de la culture et des facteurs institutionnels sur le respect des normes internationales d'information financière (IFRS).

DUMONTIER PASCAL

Elise ALFIERI Crypto-monnaies et efficience des marchés BURLACU RADU et ENJOLRAS GEOFFROY

Bernard

AUGIER

La transparence financière, comme préalable à une vraie gouvernance.

DUPRE DENIS

Antonio

BAYEH

Innovation financière, risque et rentabilité du secteur bancaire : Le cas du Liban.

BURLACU RADU

Imen

BEN SLIMENE

La qualité d’audit et la manipulation des activités réelles par les sociétés cotées en Bourse.

DUMONTIER PASCAL

Ahmad CHOKOR L'impact d'une taxe sur les transactions financières sur la qualité des marchés financiers SONIA JIMENEZ- GARCES

Jean-Yves

COURTONNE

Analyse d’impacts environnementaux et aide à la décision sur des territoires locaux, du bassin d’emploi à la région.

DUPRE DENIS

Thi Hong Nhung

DINH

L'impact de l'adoption des IFRS obligatoire sur le marché de l'audit dans l'UE: la structure de frais et la concentration du marché.

PIOT CHARLES

Jingwen

GE

Les issues du genre au milieu des analystes financiers.

DUMONTIER PASCAL

Alain

GUENICHE

Sur l'effet « momentum » et son usage par le milieu de l'investissement.

BURLACU RADU

Zeinab SAID Shadow Banking

MADIES PHILIPPE

TARAMASCO OLLIVIER

Viet-Dung

TRAN

Etudes sur la structure de capitale des banques Vietnamiennes

GIRERD-POTIN ISABELLE

 

 

Thématiques de recherche développées

Les problématiques abordées dans l’axe finance concernent la plupart des champs de la finance de marché et d’entreprise, ainsi que les aspects qui gravitent autour de l’information comptable et financière. Les travaux peuvent être rassemblés en quatre grandes thématiques :

Thématique 1 : Gestion financière des entreprises

Les travaux dans ce domaine visent avant tout à formaliser, comprendre et contribuer à la gestion des relations d’agence entre la firme (comme objet d’étude) et ses bailleurs de fonds. Les problématiques relèvent de la rémunération des dirigeants, de la structure financière et de la dynamique des prises de contrôle ; les principaux contributeurs y sont indiqués entre parenthèses.

Rémunération des dirigeants (P.Louvet, O. Taramasco).

Ces travaux visent à modéliser, par une approche analytique, un contrat optimal de rémunération intégrant le capital humain du dirigeant. Les modèles simulés montrent que les rémunérations en capital sont davantage des outils d’attraction des talents que de motivation.

Structure financière, environnement et éthique (I. Girerd-Potin, S. Jimenez-Garcès, P. Louvet, D. Dupré).

Il s’agit ici, notamment, d’examiner empiriquement le rôle des facteurs de développement durable, comme le dynamisme environnemental, dans les choix de financement des entreprises. Il s’agit aussi de proposer un modèle théorique de l’impact de la notation éthique sur le coût des fonds propres : modèle qui, testé empiriquement sur des firmes européennes, met en évidence une tendance des firmes éthiques à privilégier le financement propre à l’endettement

Dynamique des prises de contrôle et des rachats d’actions (P. Louvet).

Les travaux empiriques visent ici à fournir un éclairage sur le fonctionnement des mécanismes de prises de contrôle et de rachats que sont les OPA, les OPE, les Leveraged Buy Out (LBO) en tant que mécanismes disciplinaires de gouvernance, ou leviers d’investissements discrétionnaires pour des dirigeants. Les études portent essentiellement sur les déterminants, les motivations des offres publiques : caractère hostile des OPA françaises, manipulations comptables dans un contexte d’OPE-OPA, motivations de rachats d’actions.

Thématique 2 : Comptabilité financière, audit et analyse financière

Les recherches inscrites dans cette rubrique forment un tout cohérent autour de l’information comptable et financière des entreprises, à travers sa production (dirigeants, système comptable), sa vérification (auditeurs et autres instances de contrôle) et son utilisation par les analystes et les marchés financiers. Les problématiques se déclinent sur les plans de la qualité de l’information financière (mesure, déterminants, conséquences), des conséquences de la normalisation comptable (rôle des IFRS en particulier), du marché de l’audit, et du rôle des analystes financiers.

Gouvernance, audit et qualité de l’information financière : mesures, déterminants, conséquences (C. Piot, R. Janin).

Ces recherches s’appuient sur le rôle de l’information comptable en tant qu’outil contractuel de gouvernance, ou mécanisme informationnel. Dans cette perspective, la qualité de l’information, et notamment sa fiabilité et sa pertinence, sont des attributs essentiels. Les recherches portent principalement sur les relations entre caractéristiques de gouvernance et d’audit d’une part, et mesures de qualité de l’information financière d’autre part. D’approche empirique, elles montrent, par exemple, que la présence d’un comité d’audit au sein du conseil d’administration est susceptible de réduire les manipulations du résultat comptable ; que le choix de grands cabinets d’audit, si possible spécialisés dans le secteur d’activité, permet de réduire le délai de signature du rapport d’audit ; ou encore que certains traits de qualité du système de gouvernance (p. ex. l’indépendance du conseil d’administration) sont de nature à réduire le coût de l’endettement des sociétés cotées françaises.

Normalisation comptable internationale et qualité de l’information comptable (P. Dumontier, C. Disle, R. Janin, C. Piot).

L’adoption des normes comptables internationale (IFRS) en Europe depuis 2005 constitue un événement majeur ; il est aujourd’hui possible et réaliste d’en apprécier la portée et les retombées économiques pour les sociétés cotées. Dans ce registre, les travaux, à dimension empirique, abordent divers objets conceptuels de recherche :

-L’asymétrie informationnelle : en Suisse, l’adoption des IFRS se traduit par des fourchettes de prix réduites.

-La pertinence informationnelle de certains traitements comptables, comme la transition de l’amortissement vers la dépréciation du goodwill (telle que prévue par les normes IFRS) : il est notamment constaté que cette transition n’a pas entraîné de véritable « révolution pratique » au sein des firmes européennes, suggérant que les entreprises ont probablement adapté leur traitement comptable au vu de leurs spécificités et de leurs contraintes.

- La pertinence informationnelle du résultat global (comprehensive income) : qui ressort contingentée par le renom de la signature d’audit.

-La prudence comptable : le passage contraint aux normes IFRS a fortement modifié le profil de conservatisme des chiffres comptables en Europe continentale.

Marché de l’audit : qualité, concentration et compétitivité (C. Piot, N. Gonthier-Besacier).

Sont analysés ici les facteurs liés à la demande de qualité du service d’audit par les firmes cotées en bourse, avec en toile de fond les théories contractuelles (théorie positive de l’agence, de l’assurance), ainsi que la dynamique du marché de l’audit et de l’offre au vu des théories d’économie industrielle ou d’approches historiques. Les principaux questionnements sont les suivants :

-Qu’est-ce qui incite les firmes cotées à engager des auditeurs de renom ; les facteurs institutionnels (p. ex. le contexte juridico-financier) jouent-ils un rôle à ce niveau ?

-Comment se forment les honoraires d’audit dans le contexte français, où cette activité est fortement réglementée ? Il est notamment observé que les grands cabinets internationaux (Big Four) facturent des honoraires plus élevés ceteris paribus, un peu à l’instar des marchés anglo-saxons, plus libéraux.

-Les spécificités institutionnelles et réglementaires de l’audit légal en France (co-commissariat aux comptes, protection légale de la durée de mandat, etc.) affectent-elles la structure et la dynamique du marché de l’audit (concentration de l’offre, jeux de concurrence, etc.) ?

-Comment s’est opérée l’implantation en France des grands réseaux d’audit internationaux (approche historique) ?

-Comment le rapport d’audit externe est-il perçu par les utilisateurs des états financiers, au fil des différentes réformes qui ont étendu son contenu ?

-La perception des facteurs de qualité de l’audit par les préparateurs et les auditeurs a-t-elle évoluée sous l’effet des réglementations financières du début des années 2000 (Loi de Sécurité Financière, 2003) ?

Rôle des analystes financiers en tant qu’utilisateurs de l’information comptable (P. Dumontier, C. Piot).

Les analystes financiers représentent les utilisateurs privilégiés et sophistiqués de l’information comptable. Des travaux empiriques visent ici à étudier leur comportement et la valeur ajoutée de leur travail en contexte de modification de la réglementation européenne. Deux niveaux de réglementation sont considérés. En premier lieu, il est montré que l’introduction de la Directive européenne sur le contrôle des analystes et des intermédiaires financiers (Market Abuse Directive) conduit les analystes à davantage de prudence, ou moins d’optimisme, dans leurs recommandations. En second lieu, il est suggéré que l’introduction des normes IFRS a modifié la valeur informative des résultats retraités par les analystes ; des tests empiriques devront étayer cela.

Thématique 3 : Gestion de portefeuille, éthique et marchés financiers

En toile de fond de cette thématique de recherche figurent les problèmes de mesure de la performance (financière et non-financière), de gestion des anomalies de marché comme les asymétries informationnelles, ainsi que certains aspects comportementaux des investisseurs. Contrairement à la thématique « Gestion financière de l’entreprise », les questions de recherche sont ici abordées dans une perspective de marché des actifs financiers, et visent à développer notre connaissance du fonctionnement de ce marché, à la lumière des développements récents de la recherche en finance éthique et comportementale.

Mesurer et comprendre la performance des fonds mutuels (P. Fontaine).

Les travaux de ce registre – analytiques et empiriques – ont pour préoccupation majeure d’enrichir les mesures de performance des fonds d’investissement en mobilisant le concept de risque (ou avantage) informationnel. Le lien entre avantage informationnel et performance a été mis en évidence sur les fonds mutuels américains. Décliné sur le critère de concentration / diversification sectorielle des fonds actions, il a également été montré que les fonds sectoriels européens « performent » mieux que leurs homologues américains. Des recherches en cours portent sur le lien entre le niveau agrégé d’asymétrie informationnelle des titres composant le fonds mutuel et sa performance.

Mesurer et analyser la performance des titres et fonds éthiques (I. Girerd-Potin, D. Dupré, P. Louvet).

La finance et la notation éthique sont au cœur de nombreux débats académiques depuis une dizaine d’années. Les contributions inscrites dans ce registre portent principalement sur les effets de la notation éthique / sociétale sur le prix ou la performance des actions. Les résultats obtenus accréditent plutôt la thèse d’arbitrage et d’activisme éthique des investisseurs (absence de surperformance éthique).

Appréhender les anomalies de fonctionnement des marchés financiers (P. Fontaine, I. Girerd-Potin, G. Nouyrigat).

Dans un contexte de remise en cause des principes d’efficience des marchés financiers, et/ou de rationalité du comportement des investisseurs, les recherches conduites à ce chapitre visent un approfondissent des mesures d’asymétrie informationnelle, mettant notamment en évidence le rôle du risque spécifique (idiosyncratique) en matière d’informativité des prix. Elles adoptent également une perspective de finance comportementale, axée sur le sentiment de l’investisseur (mesure et rôle de ce construit dans les crises boursières), ou sur leur comportement « moutonnier » (herding behavior).

Marchés financiers émergeants et diversification internationale (P. Fontaine, G. Nouyrigat).

Les recherches conduites dans cette thématique prennent deux grandes directions : le fonctionnement et la microstructure des marchés financiers émergeants d’une part, les intérêts de la diversification internationale en lien avec les problématiques de gestion de portefeuille d’autre part. Les études axées sur le fonctionnement des marchés émergeants s’intéressent à l’impact de la déréglementation financière sur l’efficience informationnelle, ou à la volatilité de ces marchés. Les travaux en lien avec les problématiques de gestion de portefeuille (développées plus haut) portent sur la diversification internationale et l’intérêt de détenir des titres étrangers / émergeants : quelles sont les motivations des gestionnaires (États-Unis, France, Allemagne, Japon) dans leurs choix de détention d’actifs étrangers ; l’introduction de titres « émergeants » dans les portefeuilles présente-t-elle un intérêt en termes de diversification internationale ?

Thématique 4 : Finance bancaire

Les travaux de cette thématique sont exclusivement centrés sur l’environnement bancaire. Ils portent essentiellement sur les crises et les paniques bancaires, sujet au cœur de l’actualité du fait de la crise de liquidité qui marque les relations entre les établissements financiers. Les principaux questionnements abordés sont les suivants :

-Quel est le rôle joué les systèmes de garantie des dépôts dans la prévention des paniques bancaires et dans la préservation de la stabilité du système ? Les travaux expérimentaux montrent la difficulté de prévenir les paniques bancaires ; ils suggèrent que seul un système d’assurance des dépôts très protecteur est en mesure de prévenir ou de mettre fin aux paniques bancaires.

-Qu’est-ce qui justifie l’existence d’une assurance des dépôts bancaires ? La faible taille des déposants, l’asymétrie d’information qu’ils subissent de leur banque, et les problèmes de « passagers clandestins » entre déposants, sont de nature à justifier un tel système.

-Comment appréhender les conséquences du risque bancaire systémique ? Un travail de simulation numérique sur modèle de réseau suggère que le risque bancaire systémique est le fruit d’externalités négatives liées à une perte de confiance mimétique des déposants à l’origine d’une panique bancaire.

-Vue de l’intérieur, au niveau des fonctions opérationnelles de la banque, la concurrence que se livrent les chargés de clientèle entreprise est-elle saine ? Un protocole expérimental montre que cette concurrence « destructrice » est liée à une mauvaise spécification de la rémunération variable des chargés de clientèle, laquelle repose essentiellement sur des objectifs quantitatifs non corrigés du risque.