Thématiques de recherche développées

L’axe SIF est organisé autour d'une problématique globale dont le principal objet d’étude est la relation entre, d’une part, l’information, les flux physiques et immatériels et les technologies de l’information (TI) et systèmes d’information (SI), et d’autre part, la capacité des organisations à anticiper, innover et développer leur compétitivité.

Une première approche vise à étudier les TI/SI dans leur capacité à faire émerger de nouvelles pratiques et à créer différentes formes de valeurs pour les organisations. Quelles sont les pratiques d’adoption, de diffusion et d’appropriation des systèmes d’information ? Comment les visions organisantes et les effets de mode peuvent-ils expliquer l’adoption des systèmes d’information dans les organisations ? En quoi les TI/SI constituent-ils des leviers à l’innovation ? Comment les connaissances peuvent-elles être gérées en termes d’interactions sociales et d’outils SI/TI ? Les TI  offrent également de nouvelles possibilités de construction de business models innovants ? Quelles valeurs les modèles d’affaires basés sur les Technologies et les Systèmes d’Information contribuent-ils à créer pour les organisations ?

Une deuxième approche porte sur l’étude de l’information et la capacité d’anticipation et d’innovation des organisations. Quelle(s) information(s) utiliser pour anticiper et prendre des décisions stratégiques dans un environnement turbulent et imprévisible où « voir venir suffisamment tôt » est une nécessité parfois vitale ? Quelles organisations quelles méthodes et quels SI mettre en œuvre pour détecter et interpréter des signaux faibles utiles pour anticiper d’éventuels opportunités ou risques inattendus ?

Une troisième approche porte sur l’étude des flux d’information et la conception de nouvelles formes intra- mais aussi inter-organisationnelles. Comment créer et gérer des modèles économiques de chaînes logistiques capables de s’ajuster rapidement aux turbulences et aux incertitudes de l’environnement ? Comment dépasser la seule gestion des flux pour tendre vers la conception et le pilotage de chaînes étendues dans une logique durable ?

Ces trois sous-axes couvrent quatre des cinq thèmes transversaux du CERAG comme le montre la figure ci-dessous.

Sous-axe 1 : Valeurs des SI pour les organisations

Sabine CARTON (MCF HDR), Philippe COHARD (Dr), Marie-Lyne CROIX (MCF), Carine DOMINGUEZ-PERY (PR), Sandrine FALCY (MCF), Armelle FARASTIER (MCF), Marc FAVIER (PR), Lionel FILIPPI (MCF), Emilie HOAREAU (Dr ATER), Céline PEREA (MCF).

Thèses en cours : Lamiae BENHAYOUN, Julien DE BENEDETTIS (ATER), Imad HARAOUBIA, Milena JAEL SILVA,  Fatemeh MOVAHEDIAN

Ce sous-axe a vocation à comprendre comment les TI/SI agissent comme des leviers stratégiques et managériaux et contribuent à la proposition de valeurs dans les organisations. Ces valeurs peuvent se décliner en termes de performance pour les organisations mais aussi sous des formes intermédiaires telles que l’innovation et la création de connaissances, la collaboration entre équipes ou encore la faculté, pour certaines technologies, de devenir des standards. Les TI/SI renouvèlent les propositions de valeurs des entreprises et amènent à inventer de nouveaux business models :

  • Thème transversal « création de valeurs » : les TI peuvent être mobilisées pour définir de nouveaux business models créateurs de valeurs (e.g. e-commerce, m-commerce, économie collaborative) ou encore pour mieux coordonner des équipes projets pouvant travailler à distance. Des travaux sont également développés pour mettre en évidence comment certains acteurs (e.g. les éditeurs de TI/SI, les organisateurs de salons professionnels) imposent des standards technologiques en articulant discours et matérialité autour de technologies à promouvoir. 
  • Thème transversal « gestion des risques » : il s'agit d’un projet commun avec le sous-axe 2 qui a pour but d’explorer le lien entre risques liés à la gestion de projets SI, et anticipation grâce aux signaux faibles susceptibles de se manifester pendant les projets. L'objectif novateur est de proposer une méthode des risques agiles qui repose sur la détection et l'indentification le plus tôt possible de signaux faibles annonciateurs de perturbations inattendues et susceptibles de mettre le projet en échec.

Thème transversal « management des connaissances et des compétences liées à l'innovation » : le management des connaissances et des compétences est un puissant facteur de création de valeurs dans les organisations. Certains travaux ont mis en évidence comment l’intégration des connaissances clients dans un projet SI peuvent influencer l'environnement de connaissance du projet. D’autres travaux évaluent les liens entre la capacité d’absorption des entreprises et la performance des projets SI et Supply Chain. Un projet ANR ACIC («Développer la capacité d’absorption pour faciliter l’innovation des PME insérées dans des réseaux collaboratifs ») initié en janvier 2015 et pour une durée de 3 ans, s’intéresse aux meilleures pratiques d’innovation et capacités des entreprises travaillant en réseaux collaboratifs (Coordination : C. Dominguez-Péry).

Sous-axe 2 : Veille anticipative et Intelligence Economique

Marie-Laurence CARON-FASAN (PR), Annette CASAGRANDE (Dr, Ingénieur d’Etudes), Sandrine FALCY (MCF), Humbert LESCA (PR Emérite), Nicolas LESCA (PR), Edison LOZA AGUIRE (Dr, ATER), Céline PEREA (MCF).

Thèses en cours : Sarah BEYROUTHY, Justine FASQUELLE, Ali FOULADKAR, Olivier ROCHAS

http://www.veille-strategique.org/

Ce sous-axe aborde la question de la capacité d’anticipation des organisations grâce aux signaux faibles et à la veille stratégique. Il répond à un enjeu de connaissance de l'environnement des entreprises pour mieux en anticiper ses évolutions, changements, risques et parfois ruptures. Les recherches menées abordent les multiples enjeux liés aux différentes phases du processus de veille stratégique et à la nature des informations de type signaux faibles. Ils s'articulent autour de quatre grands thèmes transversaux du CERAG :

  • Thème transversal « création de valeur » : il s’agit principalement d’étudier comment l’utilisation des médias et des réseaux sociaux peut contribuer à la veille stratégique et à la capacité d’anticipation d’une entreprises. L’objectif de ces recherches est de comprendre de manière exploratoire le rôle potentiel d'une activité de veille dans la création collective de valeur organisationnelle interne.
  • Thème transversal « développement durable et responsabilité sociale de l’entreprise » : il s'agit d'étudier et de proposer une démarche de veille pertinente au regard des objectifs et enjeux de réduction de gaz à effet de serre associés aux problématiques de transport de marchandises. Recherche transdisciplinaire, son objectif est d'apporter des éléments de réponse sur comment bâtir une veille logistique durable pour relaver les défis du "facteurs 4" et concevoir des chaînes logistiques durables
  • Thème transversal « gestion des risques » : il s'agit d'étudier d’une part comment les signaux faibles et la veille anticipative peuvent contribuer à développer la capacité à anticiper les risques futurs possibles, et d’autre part, à explorer le lien entre risques liés à la gestion de projets SI, et anticipation grâce aux signaux faibles susceptibles de se manifester pendant les projets. L'objectif novateur est de proposer une méthode des risques agiles qui repose sur la détection et l'indentification le plus tôt possible de signaux faibles annonciateurs de perturbations inattendues et susceptible de mettre le projet en échec.

Thème transversal « management des connaissances et des compétences liées à l'innovation » : il s'agit de la partie centrale des recherches du sous-axe 2, et qui procure une visibilité de niche tant d'un point de vue national qu'international. Anticiper suppose de collecter des informations de type signaux faibles. De nature particulière, la gestion des signaux faibles soulève de nombreuses difficultés – managériales, organisationnelles, méthodologiques et psychologiques – dans les organisations, difficultés que nous cherchons à étudier et comprendre afin de proposer des connaissances actionnables ad-hoc.

Sous-axe 3 : Supply Chain Management (SCM)

Blandine AGERON (PR), Ludivine CHAZE (MCF), Carine DOMINGUEZ-PERY (PR), Karine EVRARD-SAMUEL (PR), Jennifer LAZZERI (MCF), Paul REAIDY (MCF), Dorsaf ZOUARI (MCF), Salomé RUEL (Professeur Group Sup de Co La Rochelle), Alain SPALANZANI (Pr Emerite).

Thèses en cours : Marcelo RAVAGNANI, Mourad MAKACI, Laurence VIALE, Marc BONNEMAINS, Parisa DOLATI, Maxime CARRE

Ce sous-axe aborde la question du management des relations organisationnelles qui permettent aux entreprises d'améliorer leurs flux (physiques et d'information) dans les chaînes logistiques. Le Supply Chain Management (SCM) analyse les stratégies et les organisations d’entreprises qui résultent des politiques d'externalisation successives menées depuis les années 90. Ces décisions répondent à un enjeu de maîtrise des coûts et de réactivité en intégrant plusieurs rangs de fournisseurs en amont et de clients en aval. Les recherches menées abordent les multiples enjeux liés à la nature des flux qui caractérisent la chaîne logistique autour de quatre grands thèmes transversaux du CERAG :

  • Thème transversal « création de valeur » : il s’agit d’étudier d’une part le rôle des TI et des SI dans le SCM, et d’autre part, les processus collaboratifs, la capacité de résilience des chaînes logistiques et le rôle des SI inter-organisationnels dans ces processus. L’objectif de ces recherches est d’inter-relier des concepts traités jusqu’alors de manière séparée et de souligner l’apport des SI dans le développement des relations entre acteurs au sein des chaînes logistiques et de leur nécessaire capacité de résilience dans un environnement incertain.
  • Thème transversal « développement durable et responsabilité sociale de l’entreprise » : il s’agit d’étudier, d’une part, le management des fournisseurs en intégrant les problématiques liées au développement durable, et d’autre part, la logistique urbaine et les modèles économiques associés qui soulèvent depuis peu de nombreux enjeux environnementaux, sociétaux et économiques dans de nombreuses villes en France et dans le monde.
  • Thème transversal « gestion des risques » : il s’agit d’étudier la gestion des risques liés au management de la chaîne logistique (SCRM : Supply Chain Risk Management). Une étude fondatrice a permis de dresser un panorama général des stratégies et des pratiques de SCRM. L’accent porte maintenant sur le SCRM inter-organisationnel, qui est considéré comme le plus efficace pour gérer les risques liés à la chaîne logistique. Cette thématique rejoint les recherches menées sur la résilience abordées dans le thème « création de valeur » en abordant plutôt les aspects opérationnels de la gestion des risques.
  • Thème transversal « gestion des connaissances et des compétences liées à l'innovation » : il s’agit d’étudier, d’une part, la gestion des connaissances et l’apprentissage inter-organisationnel dans les chaînes logistiques globales, et d’autre part, l’innovation managériale dans le SCM. L’objectif est (1) de mettre en lumière les apports de la gestion des connaissances en dehors des frontières de l’entreprise et d’envisager les manières de développer ce management des connaissances dans un contexte étendu et complexifié, et (2) d’identifier et caractériser les pratiques inter-organisationnelles innovantes (P2I) et de comprendre leurs facteurs de performance.