Les Scop relèvent-elles d'une GRH homogène ? Enseignements d'une recherche de terrain

À partir de l’analyse des pratiques de GRH sous l’angle des conventions que proposent Pichault et Nizet (2013), nous tenterons de savoir si les Scop (Sociétés Coopératives et Participatives) sont porteuses d’un modèle original et homogène de GRH. Nous le ferons à partir de l’étude de la gestion des emplois, des pratiques de recrutement et de rémunération que nous avons pu observer au sein d’une cinquantaine de Scop de la région Rhône-Alpes. L’hypothèse de cette communication met l’accent sur la convention délibérative dans la mesure où elle désigne des pratiques de GRH « faiblement verticales » (Pichault & Nizet, 2013, p. 85), et où elle prévoit des débats entre salariés sur la part de l’autonomie individuelle et collective par rapport à celle qui sera régie par des procédures qu’ils auront eux-mêmes mises au point. Nos résultats montrent que la GRH dans les Scop est fortement inspirée par les valeurs coopératives, mais ne correspond pas pleinement à la convention valorielle. La convention délibérative apparaît sur plusieurs dimensions de la GRH, il semble donc que la force du groupe l’emporte sur les tendances individualisantes.

Références

Titre
Les Scop relèvent-elles d'une GRH homogène ? Enseignements d'une recherche de terrain
Type de publication
Article de revue
Année de publication
2015
Revue
@GRH
Volume
2
Nombre
15
Pagination
79-98
Soumis le 17 septembre 2018